Paiàn (Newtopia 9.1)

Photo par Katerina Koutlianou et Dimitri Tsiapkinis

 

Paián (Newtopia 9.1)

 

Performance chorégraphique le 1er janvier 2021, à 14H00 (15H00 heure locale en Grèce) à Héptapyrgion, Thessaloniki 546 34.

ATTENTION (!) : Toute performance publique étant interdite par souci… d’hygiène grippale, nous allons tenter une transmission en temps réel, avec des outils du web. D’habitude nous promouvons les outils libres et nous boycottons les GAFAM. Malgré tout et exceptionnellement, nous allons réaliser cette transmission par Facebook live (nos connaissances techniques actuelles ne nous permettent pas encore de le faire autrement).

Voici le lien de l’événement :  Paiàn FB Live

Παιάν paián \pa͜i.ˈan\ masculin : (nom principal) le docteur des dieux ; sauveur, rédempteur ; chant choral, ode, hymne. On disait que dieu Apollon soignait avec une seule frappe magique…

Premier événement extatique de cette année, Paián une performance de Dimitri Tsiapkinis en résonance avec plusieurs éléments qui hantent son parcours chorégraphique : la multiplicité identitaire et culturelle, la danse butō, le corps extatique, le soin par le mouvement sonore ou gestuel, les danses clandestines, la mythologie… Il a été créé dans le contexte de Corps extatiques / Newtopia 9, une série d’expériences artistiques singulières en lien avec la santé psychique qui puisent leur thématique dans les phénomènes de transe et dans l’inconscient.

 

Note d’intention :

Une expérience du mouvement dansé brut, semi-hypnotique, contextualisé par l’architecture du lieu choisi : des murailles byzantines et ottomanes à Héptapyrgion (Porte aux sept tours ; Yédi – Coulé en turc), à Thessalonique, Macédoine centrale, Grèce. Danser au pied de symboles de protection impériale, de murs qui séparent de l’ennemi, de l’altérité qui annihile les acquis, les modes de vie, les ressources… Danser en vague souvenir de faits historiques des empires monothéistes qui ont marqué l’histoire du monde occidental par leur verticalité, leur déterminisme, leur cruauté. On ne peut qu’imaginer notre origine, disait Bernardo Montet. L’histoire nous dépasse. Il nous reste sa réinvention, à travers l’art, la philosophie, la spiritualité, à travers nos complexités individuelles.

Nous sommes dans un processus de métamorphose constant. Nous traversons les âges, les empires, les cultures et nous changeons de visage. Mais dans quels sens ?

« Dans une métamorphose, la puissance qui nous traverse et nous transforme n’est en rien un acte conscient et personnel de volonté. Elle vient d’ailleurs, est plus ancienne que le corps qu’elle façonne et opère au-delà de toute décision. Et surtout, il n’y a aucun mouvement de refoulement ou de négation d’un passé ou d’une identité. Un être métamorphique est, au contraire, un être qui a déposé toute ambition à vouloir se reconnaitre dans un seul visage. » (Extrait de Métamorphoses, par Emmanuel Coccia, p. 66)

Conception / performance : Dimitri Tsiapkinis
Durée : ~ 30min

 

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Partenaires et financement : DRAC et ARS Centre, CHU de Tours, Ville de Tours, Fonds de dotation Transept37/Arpents d’Art, Centre Social la Rabière.

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
ACCESSIBILITÉ
:

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

%d blogueurs aiment cette page :