Feux Oranges d’Ours II (2017)

Photo par D.Tsiapkinis

Photo par D.Tsiapkinis

Feux Orange d’Ours II

…est la dernière création de Dimitri Tsiapkinis produit par l’association Omnivion.
Feux Oranges d’Ours II s’enracine au projet Newtopia, une série d’événements de danse intégré, réalisés grâce à une collaboration avec le CHRU de Tours (service psychiatrie). La première version I été présentée sous forme courte d’improvisation brute, pendant Newtopia 3.1, à la salle Villeret aux Fontaines (2015).

Conception / interprétation : Dimitri Tsiapkinis
Eclairage/régie technique : François Blet
Durée : ~ 45 min

Dossier de presse / descriptif en PDF2017_Feux_Orange_dOurs_II.PDF
Photos : flic.kr/FODO_II

Teaseryoutube/FODO_II

 

NOTE D’INTENTION

Une performance solo, un genre d’one-man-show autobiographique qui se nourrit autant de la psychanalyse que des états de transe. Un travail d’auto-analyse chorégraphique et vocal, constamment réactualisé, re-mise en scène en rapport vivant avec le public. Un jeu avec soi-même sur les impulsions brutes, l’exhibition des états grotesques, l’autodérision. Transcendance, déni, fuite, résistance et/ou régression jubilatoire et ressourcement. Inspiré d’un poème personnel d’écriture automatique qui touche à des sujets variés chers à l’auteur : la division entre danseurs et non danseurs, le séparatisme entre corps et esprit, le masculin versus le féminin, l’éducation, la manipulation de l’opinion publique, le bonheur…

Fidèle au concept de multiréférentialité, attiré par le courant métamoderne (Vermeulen; Akker) et attaché à l’univers de Bernardo Montet, Dimitri Tsiapkinis traverse des esthétiques et des pratiques diverses : danse contemporaine, néo-expressionisme, conférence-performance, chant, danse techno minimaliste, butô, fasciathérapie/pédagogie perceptive, etc. Cette danse parlante semble être une expérience autoréférentielle, mais qui cherche néanmoins à relier l’interprète avec le public par l’empathie kinesthésique, le corps-sujet avec le corps social, la danse avec le discours philosophique, le singulier avec l’universel. On cherche à provoquer des situations inattendues en reliant des pulsations de l’inconscient à un discours rationnel, à suivre une trame semi-structurée qui se fractionne par des états de transe spontanés, suivis par des tentatives d’autoanalyse. Un processus complexe qui vise à exorciser une fragmentation du monde – héritée du post-modernisme et des manipulations du récit historique qui épuisent nos quêtes de sens. Exorciser la fragmentation ne rime pas avec exorciser la multiplicité mais plutôt exorciser une fragmentation du monde. Ainsi, FODO II est une jubilation reli-gieuse sans dieux (religare : relier), un rituel semi-érudit de renouvellement, de réactualisation du potentiel expressif de l’interprète et de son rapport à la communauté (le public).

Méthodes de composition : devised theater, fluxus et improvisation.

En parallèle de ce solo, Dimitri Tsiapkinis peut proposer des stages de danse et/ou des conférences sur des thématiques : danse et fascias, expressivité en danse et danse en milieu psychiatrique.

Vidéo extraits des matières de la première improvisation (7 min) : vimeo.com/feux_oranges_d’ours

 

LE CHOREGRAPHE :

Dimitri Tsiapkinis

est titulaire du diplôme de danse contemporaine de l’Université de la Caroline du Nord / École des Arts du Spectacle (U.S.A.) et du Centre National de la Danse de Paris (D.E.). Il a dansé à la Dance Berlin et la Tolada Dance Company à Berlin de 1991 à 1995. Après Berlin, il rencontre Bernardo Montet et suit ses projets au Centre Chorégraphique National de Rennes – Bretagne mais aussi au sein de la compagnie Mawguerite à Brest. De 2003 à 2011, il est danseur permanent du Centre Chorégraphique National de Tours. Il développe également ses propres projets, notamment avec le collectif de danse xsoma à Thessaloniki en Grèce (www.xsoma.net), ou plus récemment Omnivion à Tours (www.omnivion.net) En 2003, il est nommé danseur de l’année en Grèce dans le magazine Tanz/Jahrbuch / Allemagne. Il a donné des stages & master classes en : France, Maroc, Grèce, Angleterre, Martinique, Allemagne, Serbie, Turquie, Chili, Kenya, Mali et Madagascar. Depuis 2006, il dirige un atelier de danse contemporaine en milieu psychiatrique (CHRU de Tours) lequel devient son objet de recherche universitaire. Sa recherche pédagogique l’amène à un diplôme universitaire et un Master 2 en pédagogie de la perception (Université Fernando Pessoa de Porto). Il enseigne l’anatomie appliquée à la danse aux Conservatoires de Tours et de Brest. Il est également assistant du maître Shaolin Shi Yan Jun en Tai Chi (style Chen), avec qui il pratique depuis 2005. Aujourd’hui, en parallèle de son travail avec l’association Omnivion, il continue sa collaboration avec Bernardo Montet au sein de l’association Mawguerite (Morlaix).

Téléchargez son CV détaillé ici : FULL VERSION

 

PARTENAIRES

Festival Écoute/Voir – Cie Maroucka / Francis Plisson, Ville de Tours (37000), La Pratique, Transept 37, La Pléiade/Ville de la Riche (37520)

 

%d blogueurs aiment cette page :